Cette proposition de Loi sur les conditions de vie des animaux de compagnie et de la faune sauvage captive est l’aboutissement de plusieurs années de travail acharné. D’abord en tant que Maire, puis en tant que député, et après une mission gouvernementale de 6 mois dédiée à ce sujet.

Malgré un agenda législatif très chargé en ce début d’année, l’Assemblée s’est emparée de la cause animale. Ce texte a ainsi bénéficié de presque 20 heures de débat en séance publique, et les députés ont déposé 486 amendements.

En tant que Rapporteur général, je m’étais fixé l’objectif de faire de cette Loi, la plus grande avancée en matière de protection animale depuis la Loi Grammont de 1850. Avec mes collègues co-rapporteurs Dimitri Houbron (député du Nord) et Laetitia Romeiro-Dias (députée de l’Essonne), ainsi que tous les députés impliqués, nous avons réussi.

Les dernières actualités

Abonnez-vous à la newsletter

Votre député
Dans les Alpes-Maritimes