En ces temps incertains pour beaucoup d’entreprises, la possibilité ouverte mi-janvier par le ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance de repousser le remboursement des Prêts Garantis par l’État à mars 2022, et non plus 2021, est un soulagement pour nombre de commerces. Mais ce répit d’un an ne doit pas avoir pour conséquence de réduire la durée de remboursement à quatre années, induisant alors des mensualités plus élevées.

Dans les Alpes-Maritimes, le PGE représente 2,5 Milliards d’euros pour 19 075 entreprises (57% TPE et 30% PME).

Ainsi, j’ai signé un courrier adressé au ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance pour lui demander d’examiner avec la plus grande attention la possibilité de proroger d’un an la date butoir du remboursement des PGE.

Lettre-M.-Lauzzana-sur-les-PGE-co-signature-LD