Les 102 centres de soin de la faune sauvage de France, et bientôt le centre de Saint-Cézaire-sur-Siagne, travaillent pour l’intérêt général. Ces centres de soin sont collecteurs de données scientifiques primordiales qui relèvent de la vigilance sanitaire en matière de maladies émergentes, ont trait à l’impact du réchauffement climatique sur la faune endémique ou encore à l’acclimatation des espèces exotiques sur notre territoire. Ils sont la démonstration même que protéger la biodiversité n’est pas une dépense mais un investissement pour notre bien-être, notre futur et nos enfants.

Le Contrat de Transition Ecologique du Pays de Grasse fut le premier de France centré sur la biodiversité, rendant ainsi hommage à l’extraordinaire richesse écologique de notre département. Il existe des Alpes-Maritimes sauvages et nous devons les préserver. C’est pour cela que j’avais demandé que la création d’un centre de soin de la faune sauvage soit inscrite dans les axes du Contrat de Transition Ecologique. Je suis certain que les équipes de l’association PACA pour Demain sauront porter ce projet avec dévouement et engagement.