Depuis de nombreuses années, on a prolongé une démarche consistant à gérer les hôpitaux comme des entreprises. Or, la santé n’a pas de prix, et évaluer l’efficacité du système hospitalier à travers des critères quantitatifs est une erreur, alors même que le critère qualitatif devrait primer sur tous les autres.

L’essentiel, c’est la santé, et la crise du covid-19 l’a encore démontré. Notre personnel hospitalier est pourtant sous-payé par rapport à la moyenne européenne. Rien que pour les infirmiers.ères, la différence est de 300€. Une revalorisation de ces salaires est impérative. Il faut également assouplir les 35h. Les patients ne sont pas soignés de 8h à 17h.

Nous devons également investir dans la technologie, notamment pour développer la télémédecine. Dans ma circonscription, les habitants du moyen et du haut pays pourraient ainsi bénéficier d’un suivi médical pour certaines pathologies, sans avoir à parcourir des dizaines de kilomètres pour se rendre dans une grande ville.

Retrouvez l’intégralité de mon passage sur France Bleu Azur ci-dessous: