Je me suis rendu à la maison d’arrêt de Grasse aux côtés de mon collègue Saïd Ahamada, député de Marseille et rapporteur pour la commission des finances.

Nous avons été reçu au sein de l’administration pénitentiaire par les chefs de service et par le directeur de la maison d’arrêt, M. Villeroy, qui nous a rendu compte des multiples mesures mises en oeuvre durant l’épisode Covid. Les efforts en matière de suivi sanitaire, de protocole et surtout de communication à l’égard du personnel pénitentiaire et des détenus ont été lourds à mettre en oeuvre. Le maintien des cours de promenade et de l’exercice était nécessaire pour l’équilibre de la maison d’arrêt, et le personnel a dû totalement repenser et réorganiser les espaces.

Cette crise a été salutaire sur le plan de l’organisation et a permis de valoriser des services tels que le nettoyage. De nouvelles procédures ont été mises en place, notamment au niveau des sanitaires, et seront conservées après la crise du Covid.

Elle a aussi conforté la coordination très étroite entre la direction et le service médical, tout en préservant une totale confidentialité dans le suivi des dossiers des patients.

Félicitation au personnel dévoué de cette maison d’arrêt, qui accueillait la semaine dernière encore 563 détenus!