Du 16 au 22 septembre 2020 se déroule la semaine européenne de la mobilité. L’occasion est donnée de rappeler les mesures annoncées pour favoriser les déplacements doux, notamment le vélo, incluses dans le plan de relance du gouvernement.

200 millions d’euros vont être mobilisés à destination des mobilités douces.
Cet investissement vient compléter des opérations telles que « coup de pouce vélo », qui offre jusqu’à 50€ d’aide pour réparer son vélo. Après un succès sans précédent, le vélo (re)devient un choix de mobilité pour les foyers français, notamment en zone urbaine. Pour aller au-delà du million de réparations, 20 millions d’euros supplémentaires vont être dédiés à l’opération jusqu’à la fin de l’année.
L’adoption croissante du vélo a été telle qu’elle a soulevé des problématiques telles que le manque d’aménagements cyclables. Pour palier à cela, un appel à projets de 70 millions d’euros visera à adopter des initiatives d’aménagements cyclables dans tous les territoires.

Les territoires s’organisent d’ailleurs de plus en plus pour offrir un environnement attractif et sécurisant pour les cyclistes. Ainsi, la Communauté d’Agglomération du Pays Grassois (CAPG) a mis en place des « boxyclettes », des stationnements sécurisés pour les vélos électriques en location dans les communes du Pays Grassois. Ces emplacements sont complétés par le réseau vélo/bus.
La CAPG développe également une politique axée autour des transports en commun et du covoiturage à travers le dispositif Klaxit.

Au sein de territoires ruraux comme l’est ma circonscription, les transports en commun et les mobilités douces sont une des clefs d’accès à l’emploi, mais également aux établissements scolaires, à la culture… Les maires l’ont bien compris et militent pour un développement des lignes vers et depuis leurs communes.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur https://www.ecologie.gouv.fr/19e-edition-semaine-europeenne-mobilite